Anne-Sophie Camurat

Blog

EMOTIONS ET ALIMENTATION

Les émotions sont souvent subies, on ne sait pas pourquoi elles sont là, à quoi elles servent, comment faire en sorte qu’elles ne se manifestent pas lorsque ce n’est pas le moment. Elles sont finalement mal vécues et pas comprises. Alors petit zoom sur ces « ennemies ». Ne serait-il pas temps de faire amis-amis avec nos émotions ?

LES EMOTIONS : C’EST QUOI ET À QUOI ÇA SERT ?

Le mot émotion a pour étymologie le mouvement. Il s’agirait donc d’une mise en mouvement au sein de notre corps. Lorsque vous êtes sous le coup d’une émotion, vous avez dû vous rendre compte que des bouleversements ont lieu dans votre corps. En effet cela peut être des frissons, la gorge bloquée, le pouls qui s’accélère, le souffle court, des larmes qui montent voir même des cries ou des sanglots. L’émotion est donc à l’origine d’une tempête physiologique puisqu’elle touche à l’intégrité du corps. Comme le dit Joe Dispenza (Neuroscientifique) « Les pensées sont le langage du cerveau, les émotions sont le langage du corps ». Vous avez sans doute déjà fait l’expérience que les émotions ne se contrôlent pas grâce à notre cerveau, si ce n’est pour les fuir. Le cerveau est là avant tout pour notre survie et notre protection. Une émotion désagréable est donc analysée comme un danger et le cerveau nous fait passer à autre chose.

Paul Ekman (anthropologue et psychologue américain) nous propose une typologie des émotions en tenant compte de 6 émotions primaires : La joie, la colère, la tristesse, la peur le dégoût et la surprise. Avec chacune de ces émotions notre corps s’exprime.

La joie est considérée comme l’état de base, c’est une émotion moteur qui nous permet d’aller de l’avant, de se mettre en mouvement, de créer des projets, des opportunités, des rencontres…

La colère indique une injustice ou un irrespect, elle pose la question de ce qui en moi n’est pas respecté.

La tristesse concerne quant à elle une perte.

La peur nous interroge sur ce qui est dangereux pour nous. Vous noterez que seulement 7% des cas représentent un danger réel, notre cerveau ne faisant pas la différence entre le réel et le faux (ce qui est d’ailleurs un grand avantage pour créer de nouveaux circuits neuronaux).

Le dégoût est là pour nous éloigner de ce qui nous causerait du tort pour notre santé ou même pour notre vie.

Enfin la surprise est provoquée par un événement inattendu, soudain, allant à l’encontre de notre perception ou de nos représentations. C’est une émotion brève dont une autre émotion prend souvent le relais.

L’ensemble de ces émotions primaires sont là pour nous dire quelque chose de notre histoire, d’un traumatisme non résolu par exemple. Prendre en considération leur message est un premier pas vers la libération. Être à l’écoute de ses émotions permet donc de libérer l’énergie emprisonnée dans la charge émotionnelle, pour incarner pleinement la personne que nous sommes.

Afin d’amener de la clarté dans notre mental, de se débarrasser d’émotions parasites telles que l’anxiété ou le stress, le premier outil à votre disposition, et pas le moindre, est l’alimentation. Comme le disait Hippocrate « Que ton alimentation soit ta première médecine ».

IL EXISTE DES LIENS PHYSIOLOGIQUES ENTRE EMOTIONS ET DIGESTION

En effet, le lien entre l’intestin et le cerveau a constitué ces dernières années le domaine de recherche le plus riche en science médicale. On sait aujourd’hui que des cellules du système nerveux central migrent vers l’intestin au stade embryonnaire pour former le système nerveux entérique. Celui-ci contient de cent à cinq cent millions de neurones. Il s’agit du plus grand rassemblement de cellules nerveuses du corps et confère à l’intestin le surnom de « deuxième cerveau ».

Le cerveau et l’intestin peuvent échanger des informations grâce au nerf vague. Cette communication s’établit chimiquement et fonctionne dans les deux sens, du cerveau vers l’intestin comme de l’intestin vers le cerveau. Des neurotransmetteurs comme la dopamine, l’acétylcholine et la sérotonine sont à l’origine de cette communication. Ces substances chimiques sont étant primordiales pour réguler l’humeur, les pensées et les émotions. La sérotonine, dont on entend beaucoup parler, est une substance qui fait défaut chez les gens anxieux et déprimés. Et on sait aujourd’hui que plus de 90% des récepteurs à sérotonine se situent dans l’intestin.

Les neurotransmetteurs proviennent des micro-organismes contenu dans notre intestin : la flore intestinale. On pourrait vulgairement classer ces micro-organismes en deux catégories, les bonnes bactéries et les mauvaises bactéries. Les groupes de bonnes bactéries vont se développer grâce à une hygiène de vie saine tandis qu’une alimentation pauvre en nutriments contribuera à la prolifération des groupes de mauvaises bactéries. Nous tenons ici une explication concrète de l’importance de l’alimentation dans notre vie psychique. Souvenez-vous que cette communication entre l’intestin et le cerveau a lieu dans les deux sens, aussi une grande phase de stress entrainera la modification des bactéries intestinales avec une modification dans de la production des neurotransmetteurs. En conclusion cet équilibre des bactéries intestinales peut être perturbé aussi rapidement qu’un coup de stress vous envahi ou lorsque vous engloutissez des aliments dit mauvais.

MAIS QUELS SONT LES MAUVAUS ALIMENTS POUR VOTRE MORAL ?

Vous ne serez pas étonné de trouver à la première place le sucre. En effet il nourrit avant tout les fameuses « mauvaises bactéries ».

Le cerveau n’a besoin que de 62g de sucre par 24h. Un cannette de soda contient déjà à elle seule 45g de sucre. Vous pouvez donc mettre toutes les chances de votre côté en minimisant les boissons sucrées et autres sucreries dans votre quotidien et ne les garder que pour des plaisirs exceptionnels.

Dans le viseur de votre moral vous trouverez également les édulcorants artificiels car comme l’a révélé un examen des études sur l’aspartame (2017), ils augmentent les substances inhibant la production de neurotransmetteurs du bonheur telles que dopamine, noradrénaline et sérotonine.

Enfin le mauvais gras contenu dans la margarine ou les huiles hydrogénées ainsi que les huiles de cuisson et de friture est à bannir.

ALORS QUE MANGER POUR ÊTRE BIEN DANS SA TETE ?

Avec l’arrivée des beaux jours il est idéal de profiter des légumes de saison à manger crus ou cuits à la vapeur douce. Cela représentera une formidable source de vitamines et de minéraux. Ajoutez à cela des graines, des oléagineux, des herbes, des épices, des aliments fermentés et des bons gras en huiles crues (oméga 3) et vos émotions ne pourront que mieux se porter. Osez la diversité des ingrédients, la variété aura une influence positive sur l’assimilation de tous les nutriments. Mélangez les couleurs dans vos assiettes !

Je vous propose quelques recettes pour optimiser vos chances ce printemps de rayonner votre joie autant que le soleil !

Vous connaissez les poke bowl ? Cela consiste à assembler céréales, crudités et protéines dans une assiette tout aussi gourmande qu’équilibrée.

Ceviche de poisson (4p)

Couper en dés :

800g de dos de cabillaud

1 avocat

½ mangue

Détailler très finement

½ oignon rouge

150g de concombres

Gingembre frais (selon le goût)

Un bouquet de coriandre fraiche

½ grenade

le jus d’un citron (jaune ou vert)

Huile d’olive

Une pincée de gomasio (sel et sésame)

Une poignée de graines de courge et de tournesol

Accompagné d’une base salade verte, roquette ou quinoa et d’un kombucha gingembre citron (boisson de thé fermenté)

Sardines et crudités

Boite de sardines biologiques

4 carottes râpées

2 betterave râpées

1 avocat

une poignée de cramberries séchées

le jus d’un demi citron

sel ou gomasio

huile d’olivie et huile riche en oméga 3 (lin, cameline, périlla, chanvre, noix…)

Accompagné de courge vapeur saupoudrée de cumin, sel et huile d’olive

Œuf coque épinard

4 œufs coque

200g de pousses d’épinard crues

100g de champignon crus tranchés

4 patates douces cuites à la vapeur

Une pincée de gomasio (sel et sésame)

Une pincée de cumin et de curcuma

Une poignée de noix de cajou concassées

Une poignée de graines de courge et de tournesol

Un bouquet de basilic frais

Asperges et pommes de terre vapeurs sauce vegan

Asperges cuites à la vapeur

Pommes de terre cuites à la vapeur

Puis mélanger pour la sauce :

1 petite gousse d’ail émincée

2 cuillères à soupe de purée d’amande blanche

2 cuillères à café de moutarde

le jus d’1/2 citron

2 cuillères à soupe d’huile d’olive

1 pincée de sel

un peu d’eau pour plus d’onctuosité